CedRouz

Sculpter comme moyen d’habiter

Je sculpte depuis quatre ans. Dès que j’ai découvert la sculpture, un peu par hasard, j’ai su que c’était ce qui me correspondait vraiment. Les premières sculptures étaient des assemblages : j’y ai découvert la puissance du poids dans les tensions et les équilibres instables. Je suis arrivé au bout des sculptures « dangereuses », qu’un souffle de vent ou le tassement du sol pouvait faire tomber…

J’ai manipulé des tonnes et des tonnes de pierres.
J’ai passé des heures et des heures dans un large ruisseau souvent à sec, le Rif, à la recherche d’une pierre particulière qui irait pour un endroit précis pour laquelle je La cherchais : tout ce temps et tout ce poids ont été nécessaires pour que je comprenne…

… Sculpter est un moyen d’habiter, c’est ma manière d’habiter : c’est pour pouvoir habiter que je sculpte.

J’ai ensuite rencontré diverses techniques de taille de pierre, de nouveaux outils, et une nouvelle manière d’approcher la matière. J’explore ses limites – affiner , étirer et appointer la pierre comme le fil d’une épée et la pointe de la flèche, faire, en pierre, des aiguilles. Polir le brut et révéler la douceur, la souplesse et la lumière de la pierre. Fendre, séparer puis rassembler dans des rapprochements énigmatiques…

Alors j’ai commencé réellement à sculpter.