Un monument à la mémoire des familles déplacées par la construction du barrage du lac de Serre-Ponçon : deux cairns mounumentaux, en blocs de marbre de Guillestre. Leur dialogue de pierres empilées au bout de la digue s’élève à l’aplomb du vieux Savines. Leur distance ménage un passage, à taille humaine. Passage de Savines (village englouti en 1960) à Savines-le-Lac (ville d’aujourd’hui). Il conduit à la chaussée en dalle de pierres brutes : espace gagné sur le lac et dédié au souvenir.
Le petit film en bas de page, tente de relatter cette aventure. « Faire avec » cette matière brute. Témoigner de la puissance des engins et de la finesse de ceux qui les manoeuvres. Les premières pierres pèsent plus de 30 tonnes, les dernières, quelques grammes. Deux mois de chantier, où nous nous sommes « allégés » vers le haut. Le soucis permanent du vide que nous construisions et dessinions « pierre après pierre » – le Passage – s’est intensifié tout en s’affinant. Le fil à plomb a été notre meilleur ami…